Comment aller de l’avant

Dans ce numéro:L'allocution de la présidente  de l'ICCRS  lors de la Rencontre Européenne des représentants nationaux en Allemagne en novembre 2011

 Comment aller de l'avant

 Nous avons commencé par rappeler les précédentes allocutions présidentielles à Varsovie en 2007 ; le thème en était « Europe, lève-toi ». Ces allocutions partaient du  document intitulé Ecclesia in Europa,surtout l'exhortation du paragraphe de conclusion (n°121) : N'ayez pas peur ! Évangile n'est pas contre vous mais pour vous. Ayez confiance ! Dans l'Évangile, qui est Jésus lui-même, vous trouverez l'espérance sûre et durable à laquelle vous aspirez. Soyez-en certains ! L'Évangile de l'espérance ne déçoit pas!*

 Puisque 2007 marquait le quarantième anniversaire du Renouveau Charismatique Catholique (RCC) nous avions utilisé le modèle biblique des Israélites qui, après avoir été formés dans le désert pendant 40 ans se sont trouvés sur les rives du Jourdain. L'appel prophétique adressé au RCC en 2007 était : «  Il est temps de traverser le Jourdain et de prendre possession de la terre ».

Puis à Budapest en 2009, par contraste avec l'appel à l'Europe de se lever donné en 2007, nous avons entendu : « Tombez à genoux ». Le contraste n'était pas une contradiction mais plutôt une suggestion de méthode. Lorsque Josué reçut la tâche de prendre possession de la terre, il n'avait pas une forte puissance militaire. Dès lors, l'invitation à l'Europe de se lever n'était pas un appel au militantisme mais un appel à l'humilité qui se manifeste dans notre capacité à avoir confiance en la force qui vient du Seigneur et à en dépendre. Josué devait être convaincu que le Seigneur était avec lui pour avancer dans cette onction. Humainement parlant Josué était faible. Nous ne devons pas avoir peur de notre faiblesse ; elle nous pousse dans les bras du Seigneur (2 Co 12,9). Même les chrétiens mûrs ont besoin de laisser le Seigneur poursuivre la formation de leur caractère. Ceci dépend des moments de profonde prière personnelle. Nous avons aussi à baser notre vie sur la Parole de Dieu. Les écritures emplissent nos vies d'espérance et de vérité. Ph 4,13 : « Je puis tout par le Christ qui me fortifie ».


Vision d'ensemble du RCC

Nous n'avons pas toujours eu pour objectif la prise de possession de la terre parce que nous nous sommes laissé détourner ou distraire. Nous avons aussi parfois prêté trop d'attention aux choses secondaires. Ces jours-ci en Allemagne, nous avons mis en lumière certains domaines du RCC où nous avons perdu ou manqué d'identité. Heureusement, nous avons pu traiter quelques unes de ces questions. Il est maintenant temps d'être au clair sur notre identité et notre appel et de redresser la barre pour avancer avec une vision et un objectif. Il est important, dans cette saison de l'Esprit, qu'en tant que responsables, en quittant ces lieux, nous puissions retourner dans nos réalités avec une perception plus aiguë de la vision globale du RCC et une conscience de nos buts et de la direction à prendre dans nos situations particulières.

 

Être prêts à l'inattendu

C'est le moment pour être stratégiques dans l'Esprit mais nous savons que ce n'est pas facile. Comme le père Peter Hocken l'a dit : « l'Esprit est imprévisible et incontrôlable, nous devons nous préparer à l'inattendu ». Nous approchons donc la stratégie d'une manière particulière, tout en cherchant à être prévisionnels nous nous tenons prêts à des modifications selon la conduite de l'Esprit.

 

Le feu

L'an dernier à la réunion du Conseil de l'ICCRS nous avons été conduits à nous pencher sur 3 aspects généraux de la vision que nous proposons pour discernement et réflexion au RCC mondial. Chaque aspect de la vision a trait à l’image du feu, qui est l’une des images familières du Saint Esprit.

 

1) Les allumeurs de feu.  Lc 3,16 « Il vous baptisera du Saint Esprit et du feu. » Il nous faut persévérer à faire connaître l'expérience du Baptême dans le Saint Esprit à de nouvelles personnes par les sept semaines de préparation à l'effusion de l'Esprit. Parfois nous voyons les mêmes personnes faire les sept semaines une seconde ou une troisième fois. Ce recyclage affaiblit le RCC parce que c'est un signe de manque de maturité. On devrait plutôt offrir à ces personnes qui ont déjà fait le parcours une position de responsabilité et de service. N'encourageons pas la passivité. Nous avons besoin de faire croitre la RCC en multipliant pour les personnes  les occasions d'être Baptisé dans le Saint Esprit. Nous avons aussi à passer le feu aux plus jeunes.

 

2)Attiser la flamme. 2 Tm 1,6 nous appelle à grandir en maturité ecclésiale. Il nous faut de bons programmes de formation et de préparation au leadership. Nous avons besoin d'approfondir notre compréhension et notre usage des charismes. En Attisant notre prière et notre louange pour obtenir des flammes, nous nous approfondissons et apprenons à nous abandonner de plus en plus à la Seigneurie de Jésus Christ. Aussi, comme les disciples dans la Chambre Haute étaient tous réunis dans une prière continue, nous avons besoin de nous engager plus profondément dans le ministère d'intercession.

3) Propager le feu. A la Pentecôte il y a eu trois manifestations de l'Esprit. D'abord la Pentecôte personnelle avec les langues de feu reposant sur la tête de chacun d'eux. Puis l'expérience communautaire qui a permis aux disciples de devenir une communauté de profonde communion fraternelle. Ensuite l'élan missionnaire qui les a fait sortir et faire face à leur environnement dans la puissance du Saint Esprit. Le RCC a besoin de se modeler là dessus en continuant de sortir pour évangéliser.

La transformation de la société

En 2004 le pape Jean Paul II a encouragé le RCC à grandir dans la spiritualité de Pentecôte par un nouvel élan de prière, de sanctification, de communion et de proclamation. Le pape Benoît XVI a repris cela en nous appelant à « répandre la culture de Pentecôte ». Voilà un appel clair pour nous à devenir un peuple qui s'engage à faire advenir la transformation de la société. Toutefois nous savons que ceci n'est vraiment réalisable que par la puissance du Saint Esprit.

 

Ce que le baptême dans le Saint Esprit implique

Aux Journées Mondiales de la Jeunesse de Sydney en 2008, le pape Benoit XVI a décrit le Baptême dans le Saint Esprit comme impliquant quatre choses :

1) Etre brûlant de l'amour de Dieu.
2) Boire à l'Esprit en étant ravivé par la beauté du projet de Dieu pour nous et pour le monde, et par là, à notre tour, devenir une source de revitalisation pour les autres. 

3) Etre sous le sceau de l'Esprit c'est à dire ne pas avoir peur de témoigner pour le Christ.
4) Permettre à la vérité de l'Evangile de transparaitre dans notre façon de voir, de penser et d'agir, puisque nous oeuvrons au triomphe de la civilisation de l'amour


Michelle Moran,

Heiligenbrunn Germany Novembre 2011.

 

QUESTIONS

Trois questions qui peuvent vous aider à être pratique. D'abord : prenez du temps pour lire soigneusement les six premiers chapitres du livre de Josué

1) Que veut dire prendre possession de la terre pour le RCC ? Qu'est ce que cela veut-il dire pour vous personnellement?

2) D'après votre expérience, quelles sont les choses qui empêchent le RCC de prendre possession de la terre ?

3) Réfléchissons au futur : D'après votre propre expérience comment le RCC répond-il  aux trois appels à être des allumeurs de feu, des attiseurs de la flamme  et des propagateurs du feu.? Que faudrait-il faire de plus?  

* http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/apost_exhortations/documents/hf_jp-ii_exh_20030628_ecclesia-in-europa_fr.html