Résumé de Beauraing juillet 2011

Célébration d’ouverture et exhortation du Père Wilhélem

Jeunes et vieux se sont réjouis ensemble dans une louange joyeuse pour ouvrir la session.

Actes 4, 32-33 : « La multitude des croyants n’avait qu’un seul cœur et qu’une âme. Nul ne disait sien ce qui lui appartenait, mais entre eux tout était commun. Avec beaucoup de puissance, les apôtres rendaient témoignage à la résurrection du Seigneur Jésus et ils jouissaient tous d’une grande faveur. »

Danny-Pierre Hillewaert, berger de la session invite les participants à accueillir l’Esprit-Saint pour qu’il puisse agir avec force et puissance au cours de la session. Il invite les participants à ne pas être des chrétiens de demi-mesure. Soyez des saints : vous êtes en effet tous appelés par le Christ. »

 

Le Vice-Recteur du sanctuaire de Beauraing, l’abbé Christophe Rouard propose de consacrer cette session au cœur de Marie et rappelle la dernière parole de la Vierge lors de son apparition du 3 janvier 1933 qui a été choisie comme thème de cette année 2011 « Sacrifiez-vous pour moi ».

Les participants à la session, enfants, jeunes et adultes reçoivent ensuite chacun individuellement une bénédiction.

Le Père François-Régis Wilhélem prend la parole.

Il faut laisser toute la place qui lui revient à la Parole de Dieu. Nous savons qu’elle est centrale dans les groupes de prière. Elle nous permet de connaître en vérité le cœur du Seigneur. Si nous accueillons cette parole, elle produira du fruit. Et de citer le prophète Isaïe (55, 6-11): « Cherchez Yahvé pendant qu’il se laisse trouver, invoquez-le pendant qu’il est proche. Que le méchant abandonne sa voie et le criminel ses pensées , qu’il revienne à Yahvé qui aura pitié de lui , à notre Dieu car il est riche en pardon. Car vos pensées ne sont pas mes pensées, et mes voies ne sont pas vos voies, oracle de Yahvé. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sont élevées mes voies au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. De même que la pluie et la neige descendent des cieux et n’y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer pour fournir la semence au semeur et le pain à manger, ainsi en est-il de la parole qui sort de ma bouche, elle ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j’ai voulu et réalisé l’objet de sa mission. »

Oui, la Parole de Dieu est efficace ; demandons donc à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie une grâce d’ouverture. Qu’il fasse fondre les duretés de notre cœur qui se ferme parfois à cette parole.

Le Psalmiste nous dit (Ps 119, 9-16) « Comment, garder pur son chemin ? A observer ta parole. De tout mon cœur, c’est Toi que je cherche, ne m’écarte pas de tes commandements. Dans mon cœur, j’ai conservé tes promesses pour ne point faillir envers Toi. Béni que tu es Yahvé, apprends-moi tes volontés ! De mes lèvres, je les ai tous énumérés, les jugements de ta bouche. Dans la voie de ton témoignage, je jubile plus qu’en toute richesse. Sur tes préceptes, je veux méditer et regarder à tes chemins. Je trouve en tes volontés mes délices, je n’oublie pas ta parole.»

Garder pur son chemin, c’est permettre à l’Evangile, de pénétrer notre cœur et notre vie, Nous avons une réponse à donner à sa Parole

De tout mon cœur c’est Toi que je cherche.  Chercher Dieu, n’est pas une petite distraction de 5 minutes par jour. Cela mobilise tout notre être. Nous avons tous reçu des talents qu’il nous appartient de faire fructifier. Parfois, nous devons gratter jusqu’au fond de notre cœur pour les trouver. Dieu nous veut tout entiers. Souvent, l’homme blessé par le péché résiste à Dieu. Cela fait partie du combat spirituel, comme Jacob qui a lutté toute le nuit contre Dieu. A la fin, tous les deux étaient vaincus. Il nous faudra peut-être reconnaître pendant cette session que nous fuyons la volonté de Dieu. C’est pourquoi, nous devons prier, prier beaucoup, prier toujours comme nous le demande N-D de Beauraing.

Dans mon cœur, j’ai conservé tes promesses pour ne point faillir envers Toi. Dieu nous promet sa force et tout ce dont nous aurons besoin sur notre chemin. Nous avons besoin de conserver les promesses de Dieu dans notre cœur.

De mes lèvres, je les ai tous énumérés, les jugements de ta bouche. Quand on fait fructifier les promesses du Seigneur, on ne peut pas ne pas en témoigner.

Je trouve en tes volontés mes délices, je n’oublie pas ta parole. Que cette parole puisse illuminer toute cette session. Nous sommes faits pour la joie.

Lors de l’inauguration de son pontificat, le Pape Benoît XVI a dit « le Christ est un ami exigeant, mais il donne tout ».  Il l’a prouvé car il s’est livré pour nous. Il nous donne sa paix et sa joie, non à la manière du monde, mais à la manière de l’Evangile : (Jean 15, 9-12) : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour.  Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez en mon amour, comme moi j’ai gardé les commandements de mon Père et je demeure en son amour. Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète. Voici quel est mon commandement : vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés. ».

Sur tes préceptes, je veux méditer et regarder à tes chemins. Je trouve en tes volontés mes délices, je n’oublie pas ta parole. Seigneur, que ta Parole résonne dans nos cœurs. Fais que nous ne l’oublions jamais. Donne-nous ton Esprit Saint  pour qu’il grave dans nos cœurs la loi du Seigneur.

Jean a écrit : « L’Esprit nous conduit à la vérité toute entière ». Jésus a certes tout dit, mais sa vérité nous illumine par ce travail mystérieux de l’Esprit Saint. Que cela se passe tous les jours, et particulièrement au cours de cette session.

Le Père François-Régis Wilhélem conclut avec la Parole de Jean (15, 14-17) : « Vous êtes mes amis si vous faites ce que vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous appelle amis, parce que tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisis et vous ai établis pour que vous alliez et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. »

Eucharistie présidée par Mgr Van Cottem, évêque de Namur

Dans son homélie, Mgr Van Cottem qui était entouré d’une vingtaine de prêtres a commenté l’Evangile du jour (Mt 13, 44-45). Cet Evangile parle en parabole du Royaume de Dieu en utilisant les deux images du trésor reçu comme un don de la grâce divine et de la perle découverte par celui qui la cherchait. Le Royaume de Dieu est ce que nous cherchons au plus profond de nous, confusément. C’est l’Histoire sainte qui nous permet de découvrir ce qu’est ce Royaume, projet d’amour de Dieu pour l’humanité. Chacun d’entre nous est invité à y entrer en y collaborant. Matthieu insiste sur la disposition du cœur de celui qui découvre le trésor de sa vie. C’est dans la joie qu’il se découvre. Depuis que le Christ est mort et ressuscité et qu’il nous a communiqué l’Esprit-Saint, le Royaume de Dieu est présent comme un trésor caché au cœur de nos existences humaines. Et un jour, nous découvrons dans notre existence quotidienne la présence lumineuse du Christ. Pour découvrir ce trésor, nous devons accepter la réalité humaine bien concrète du champ que nous cultivons avec le poids des personnes et des événements, accepter la vie de l’Eglise à laquelle nous appartenons et pas seulement ce qui nous plaît en elle ;  accepter tout l’Evangile, et pas seulement quelques morceaux choisis. Dans sa joie, l’homme de la parabole vend tout ce qu’il possède et achète le champ. Découvrir le Christ, c’est sortir de la médiocrité de la vie et découvrir le monde non plus comme mon propre miroir, mais comme une réalité dans laquelle Dieu est présent. Dieu est le trésor de notre vie. Il nous est donné d’y découvrir la joie de l’Esprit au tréfonds de nos cœurs. Le désir de Dieu pour chacun, c’est le trésor le plus précieux de notre cœur et aussi le trésor le plus profondément enfoui dans notre existence. Laissons le Christ nous révéler notre joie, laissons l’Esprit-Saint nous y mener comme à une source profonde, la source de notre joie.

Veillée animée par le groupe Christo Bolingo

Au cours de cette veillée pleine de vie, nous avons entendu le magnifique témoignage de Diogo, un jeune brésilien de 30 ans vivant  aujourd’hui à Bruxelles et membre de la Communauté de l’Alliance de la Miséricorde. Il a expliqué comment il est entré dans une secte satanique vers l’âge de 14 ans pour en sortir vers 18 ans grâce à la prière persévérante de ses parents qui ont vécu un véritable combat spirituel et que nous avons pu applaudir chaleureusement car présents à la veillée…grâce aussi à la prière persévérante d’un groupe de prière charismatique de jeunes auquel sa sœur participait. Il s’y rendit un soir dans un esprit de destruction et fut intrigué par la force qui se dégageait et qui l’ empêchait de rentrer ; c’était la force de Jésus qu’il a cherchée à découvrir. Il y reçut la parole Ephésiens (5, 6-16) qui fit l’effet d’une bombe dans sa tête. Il voulait quitter la secte dans laquelle il était enfoncé complètement. Ce ne fut pas sans mal ni sans tiraillement, mais la force du Seigneur fut la plus forte. Ensuite Il reçut le baptême dans l’Esprit et tomba dans un très long repos dans l’Esprit. Rempli de cette nouvelle force et enfin libéré, il brûla tout  le matériel satanique. Il se confessa et fit sa première communion. Six mois plus tard il devint…le berger du groupe de prière.

En conclusion il nous invite à prier beaucoup, à lire la parole de Dieu, à aller à l’Eucharistie et à l’Adoration, à jeûner et surtout à ne pas se décourager dans la prière…alors le Seigneur peut manifester toute sa puissance. Il nous encourage à prier pour la Belgique où il est venu pour évangéliser.

Louana, une jeune fille de 15 ans témoigne de sa rencontre avec le Seigneur au sein du groupe de l’Alliance de la Miséricorde.